Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

sur le plan Politique ça interesse toujours les gens

 

 

 

Le temps de la rose

 

Dans un local prés de Versailles

On se retrouvais avec le Prince

Nos voix chantaient la Joie montaient de l’ombre

Et nous écoutions leur cœur Parler

C’était le temps d’la rose

Ils voulaient Pas qu’on ose

Les lendemains avaient le gout du sang

Ton bras prenait mon bras

Ta voix suivait ma voix

On s’déplaçait et l’on chantait leur sang

 

Et puis sont venues les Jours de brumes

Avec des bruits de tirs et des pleurs

J’ai passe des nuits loin de ma Brune

Faute a la gueuse elle est juste dans mon cœur

Tout comme au temps d’la rose

On vit encore morose

C’est différent juste pour le gout du sang

Ton bras prenait mon bras

Ta voix suivait ma voix

On est des jeunes et l’on croit en leurs sangs

 

Ce soir je suis devant Ta tombe

La république de toi elle ne veut plus

Et tu n’es pas le premier qui tombe

Nous sommes tous mort par la république qui tue

On est au temps d’la gueuse

Qui laisse mourir la Creuse

Le  lendemain ce sera votre tour

Alors venez avec nous

Sinon ou irez-vous ?

On pense tous que c’est à notre tour

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    El Diablo (mercredi, 16 mars 2011 18:29)

    J'aime bien cette parodie

  • #2

    scrittore (lundi, 02 mai 2011 15:55)

    hommage a Cedric qui est le personnage principal de ce texte

  • #3

    Blanc denis (mardi, 13 décembre 2011 09:43)

    Ca serait bien chanté dans les soirées roycos avec un bon coup de jurançon
    Toutes mes ficelles de caleçon